La forêt tropicale péruvienne

Dans la note qui suit, John Messenbough relate son séjour au Pérou :

J'ai visité l'Amérique latine à de nombreuses reprises et j'ai séjourné pendant environ deux mois au sud-est du Pérou il y a un an. Savez-vous combien de vrais Boa c. constrictor j'ai vu ? – Aucun ; je n'en ai pas vu un seul. Dans leur territoire, j'ai trouvé quelques autres espèces mais pas de Redtails péruviens. J'ai même proposé une récompense financière à quiconque me permettrait d'en voir et d'en photographier.

J'ai parcouru jour et nuit des kilomètres et des kilomètres en vain. Nous avons vu des anacondas verts qui passaient quelques heures au soleil avant de disparaître. Lorsqu'il faisait gris, on ne pouvait en trouver.

 

Anaconda se réchauffant au soleil, photo prise par John Messenbough au Pérou

Les autochtones m'ont appris qu'ils ne voyaient jamais de boas constricteurs pendant la saison sèche mais qu'au retour des pluies il leur arrivait d'en voir. Mon hypothèse est que certains serpents se cachent sous la terre (il y a beaucoup de terriers de tatous dans la forêt) pour trouver des endroits plus frais et plus humides.

Les fabuleuses images d'animaux présentées dans les documentaires télévisés nous font croire qu'il est facile d'observer la vie sauvage. Rien n'est plus éloigné de la vérité. Les nombreuses cachettes et le camouflage des animaux rendent au contraire cela extrêmement difficile. Les guides locaux m'ont dit que des spécimens élevés dans des zoos sont parfois mis en situation afin de faire croire que le cameraman les a surpris dans leur environnement naturel.

Je suis certain qu'il est possible, avec du temps, de trouver quelques-unes de ces créatures insaisissables ; mais c'est très difficile.

 


L'expérience rapportée dans cette note de John Messenbough n'est pas un cas isolé. On nous a raconté qu'il est possible de marcher dans la forêt tropicale pendant des semaines à la recherche de Boa constrictor sans en voir un seul.

Cela prouve qu'il ne suffit pas d'avoir fait quelques voyages en Amérique du Sud pour devenir un spécialiste des boas.