Reconnaissance & traitement des acariens du serpent

Comment reconnaître les acariens du serpent ?

Semblables à des tiques, les acariens sont de petite taille (environ 1 mm) tant qu'ils ne se sont pas nourris. A cette taille il est difficile de les repérer, tant qu'ils n'ont pas envahi tout le terrarium. D'où le constat amer : dès qu'on observe des acariens, on peut être sûr que le terrarium en est déjà complètement infesté.

Le plus souvent, on s'aperçoit du problème en observant le serpent : celui-ci, agacé par l'inactivité de son propriétaire, prend lui-même des mesures et essaie de se débarrasser de ses hôtes indésirables en se baignant constamment. Les acariens, gras et bien nourris (et dès lors bien visibles) se présentent sous la forme de petits points noirs ou rouges au fond du récipient d'eau.

Leur description physique s'arrête là, car il est difficile d'en voir davantage à l'oeil nu.

D'où notre premier conseil : n'utilisez pas de récipients d'eau noirs ou sombres. À cause du manque de contraste, vous aurez en effet les plus grandes difficultés pour y découvrir des mites. Les parasites noyés sont en revanche bien visible dans des récipients blancs ou de couleur claire.

En tant qu'utilisateurs de nombreux récipients d'eau noirs, nous savons de quoi nous parlons...

Si les acariens peuvent être observés à l'oeil nu sur le corps du serpent, c'est que l'invasion a déjà atteint des proportions dramatiques. Il en est comme avec les rats : pour chaque individu observé, il y en a des centaines qui se cachent. En particulier, les abris ou les coins du terrarium constituent des cachettes appropriées pour les acariens.

Chez les serpent gravement infestés, on peut observer des anomalies au niveau des écailles situées autour des yeux, qui constituent les zones de prédilection des acariens. Si les yeux du serpents semblent sévèrement affaiblis, une infestation massive est à redouter.

Combattre les acariens : les traitements

Un traitement efficace doit :

  • tuer les acariens
  • débarrasser le terrariums des acariens
  • tuer les oeufs des acariens

… et tout cela sans faire de mal au reptile.

Ce dernier point pose problème car toute substance peut avoir des effets secondaires. Nous ne pouvons par conséquent pas garantir que les substances utilisées dans les méthodes d'éradication des acariens que nous allons décrire n'ont pas d'effets secondaires sur les boas.

Neguvon

Cette substance est la première qui fut utilisée pour traiter les acariens et prenait grand soin des acariens (et aussi du serpent à l'occasion). Quoi qu'il en soit, nous n'en parlerons pas en détail car le Neguvon n'est plus autorisé en Allemagne et ne se trouve plus sur le marché (communication personnelle du Dr. Kirmair, vétérinaire à LRA Mühldorf/Inn et spécialiste des reptiles).

Acarien du serpent (Ophionyssus natricis) photo: Kalle Berglof, Suède

 

Huile d'olive et autres huiles

Il y a trente ou quarante ans, les pionniers de l'élevage des boïdés appliquaient une onction d'huile d'olive – il en résultait des serpents brillants. En dépit du fait que l'huile tue les acariens en les étouffant, cette méthode n'est pas exactement idéale eu égard à l'absorption d'oxygène par la peau du serpent. En outre, elle peut occasionner des problèmes de mue car elle réduit le frottement. Par conséquent, nous déconseillons l'utilisation de cette méthode, même si elle rend les serpents visqueux – exactement comme les gens se les imaginent dans leurs cauchemars.

Dichlorvos

Selon nous, le Dichlorvos constituait le meilleur répulsif contre les acariens, aussi bien sur le serpent que dans le vivarium.

Mais grâce à la réglementation de l'Union Européenne (nous adorons chaque jour de plus en plus l'Union Européenne) cette substance a été retirée du marché.

Jusqu'ici, on ne trouve pas de substance non nocive pour les boas qui produise d'effets aussi positifs que le Dichlorvos.

Si des lecteurs en connaissent, qu'ils n'hésitent pas à nous en informer : nous leur en serons très reconnaissants.

Frontline®

Les substances mentionnées précédemment sont assez anciennes et la science n'a pas cessé de progresser depuis leur apparition. L'un des produits les plus récents est le Frontline® (dont le composant efficace est le Fipronil). Ici encore, il faut prendre en considération le fait que le Frontline® n'est pas officiellement recommandé pour traiter les reptiles.

Même s'il est efficace pour de nombreuses espèces de reptiles, on ne peut prédire exactement dans quelle mesure il convient à telle espèce particulière ou à tel spécimen individuel. Il nous est apparu que la manière dont cette substance élimine les acariens est très intéressante. Le Fipronil agit par contact, bloquant le récepteur de l'acide Gamma Amino-Butyrique dans l'organisme cible.

Qu'est-ce que cela signifie ? Alors que de nombreuses toxines provoquent une paralysie du système nerveux central, Frontline® fait exactement l'inverse : il consiste en une hyper-stimulation. Pour faire simple, on pourrait dire qu'après avoir été mis en contact avec le Fipronil, les acariens bondissent sans arrêt sur les parois  à toute vitesse : à force de se maintenir dans la zone rouge du compteur de vitesse, ils finissent par mourir d'épuisement.



 

Boa constrictor acariens | traitement acariens des serpents | combattre les acariens | Boa a des acariens |Boa constrictor problème d'acarien | Frontline | Dichlorvos | Baygon | Blattanex | comment se débarrasser des acariens | comment tuer les acariens | acariens oeufs | Boa constrictor problème d'acariens | acariens IBD | serpent acariens

Comme le Dichlorvos, vétéran des guerres chimiques contre les acariens, le Frontline® n'a aucun effet sur les oeufs.

Acarien du serpent (Ophionyssus natricis) photo: Kalle Berglof, Suède

Venons-en à l'application du Fipronil :

Le Dr. Petra Kölle de l'Institut de Zoologie, de Biologie et de Pathologies des poissons de l'Université de Munich (Allemagne) recommande dans une publication („kleintier“, Enke Verlag 2/00) de pulvériser le produit sur un gant jetable et frotter doucement l'animal avec. Selon le Dr. Kölle, tous les reptiles qui ont été traités de cette manière ont jusqu'ici bien toléré cette application.

La méthode indiquée par Ian Calvert du Zetland Veterinary Group BRISTOL agit beaucoup plus en profondeur. Malheureusement, cette méthode est quasiment impraticable, voire impossible à mettre en oeuvre.

Par exemple, Calvert recommande de chauffer le terrarium à 95°C (203° Fahrenheit) pendant 3 ou 4 heures (et de répéter cette opération à 3 ou 4 semaines d'intervalle), après l'avoir  abondamment vaporisé avec du Frontline®. Dans la mesure où la plupart des terrariums accueillant des boïdés ne sont pas faits pour être placés à l'intérieur d'une cuisinière ou d'un micro-ondes, cette guerre thermique recommandé par Calvert s'avère plutôt difficile à mettre en oeuvre.

Nous nous en tiendrons donc aux aspects de l'application du Fipronil que l'on peut envisager en pratique :

Le serpent doit être pesé. Les spécimens de plus de 500 g doivent être traités en les aspergeant 6 fois avec une bouteille de 100ml (dont une fois derrière le cou et une fois derrière le cloaque). Il est recommandé de protéger les yeux de l'animal au moyen d'une crème oculaire. Pour les animaux de moins de 500 g, le produit doit être dilué dans de l'alcool selon la proportion 1:1.

La procédure à suivre est la suivante. 0.5ml de Frontline® (= 1 aspersion) sont mélangés à 0.5ml d'alcool et on applique 0.1ml de la solution convenablement mélangée pour 20 g de la masse corporelle du serpent. La solution peut être appliquée sur le serpent, directement au moyen de gants, d'une serviette en papier, de coton ou d'un coton-tige.

Il est préférable de travailler avec de petits dosages lors de la première application, en particulier lorsque l'on traite de jeunes animaux. En raison du fait que les vapeurs d'alcool sont nocives pour les poumons, le boa ne peut pas être placé dans le terrarium ou dans une boîte peu ventilée. Un sac en tissu à larges mailles convient temporairement pour les premières heures (note des auteurs : la pièce dans laquelle le serpent est ainsi laissé à l'air libre doit être chauffée à une température adéquate).

L'effet du Frontline® sur la couche de graisse n'a pas été testé. Si cette couche de l'épiderme est endommagée, la perte de fluides peut être multipliée par 15. Il faut en conséquence assurer au serpent l'accès à une zone très humide à la suite du traitement. Ian Calvert recommande de répéter cette opération trois ou quatre fois à 3 ou 4 semaines d'intervalle.

l ne faut pas mettre en oeuvre cette méthode, ou la reporter à plus tard, dans les cas suivants

  • lorsque les animaux sont malades
  • avec des serpents qui sont traités aux fluoroquinolones  (par exemple Enrofloxacin = Baytril®)
  • avec des boas qui sont en train de se reproduire
  • avec des serpents qui sont en période de mue

Le fait que cela a conduit de manière répétée à des problèmes de respiration et même à des morts chez des boas nouveaux-nés est assez inquiétant, et la plus grande prudence est donc de mise !

Le Dichlorvos et le Fipronil constituent selon nous les méthodes les plus adaptées pour l'élimination des acariens. Il existe d'autres méthodes, mais leur efficacité est plutôt douteuse ou requiert des connaissances médicales pour être correctement mises en oeuvre.



Éradication des mites dans le terrarium

Alors qu'une application de Dichlorvos assure l'élimination pratiquement totale des acariens aussi bien sur le serpent que dans le terrarium, le traitement au Frontline® requiert des mesures supplémentaires en ce qui concerne le terrarium. Il faut absolument tenir compte de cela avant de transformer un terrarium en forêt tropicale miniature.

En premier lieu, il faut enlever immédiatement le substrat. Ensuite, il faut aussi jeter chaque élément qui n'est pas installé de façon permanente ; les pots en terre cuite et les gamelles en céramique doivent être traités au four.

Votre épouse protestera peut-être avec véhémence contre cette utilisation du four, mais ne vous inquiétez pas : une fois qu'elle aura quitté la maison furieuse après une violente dispute pour courir retrouver son amie (récemment divorcée), vous aurez tout loisir de remplir le four comme vous l'entendrez.

Il faut ensuite asperger abondamment le terrarium avec de l'alcool isopropylique (disponible en pharmacie), ce qui peut se faire à l'aide d'un vaporisateur manuel. L'alcool tue les acariens (même ceux qui sont sobres) ainsi que leurs oeufs. Après quelques heures, il convient de bien aérer le terrarium et de le nettoyer à l'eau claire. On peut alors y remettre le serpent.