Maturité sexuelle et groupe reproducteur

 

Maturité sexuelle

La maturité sexuelle dépend principalement de l'âge et du poids du boa. Avec une alimentation régulière, elle est atteinte normalement autour de l'âge de 4 ans. Certains boïdés peuvent atteindre la maturité sexuelle en un an et demi s'ils sont nourris intensivement, c'est-à-dire le plus possible (il s'agit de la fameuse pratique du “power-feeding”). Bien que pratiqué par certains éleveurs, le “power-feeding” peut avoir de lourdes conséquences sur la santé des animaux. Les mâles atteignent en général la maturité sexuelle un an avant les femelles.

Certains mâles sont encore assez petits lorsqu'ils atteignent la maturité sexuelle : cela ne pose pas de problèmes, pourvu qu'ils produisent du sperme fécond. Si c'est le cas, la taille n'importe pas. Nous avons observé avec stupéfaction de nombreux mâles qui s'accouplaient avec enthousiasme avec des femelles dont la masse corporelle étaient 5 fois supérieure à la leur.

En revanche, nous déconseillons d'utiliser des femelles “limites” pour la reproduction. Le résultat – si tant est que la femelle se retrouve gravide – sera plutôt maigre : à peine une poignée de petits. De plus, en raison du refus fréquent de se nourrir pendant la gestation, la croissance du serpent sera presque nulle pendant cette période, ce qui signifie que la portée de l'année suivante ne sera pas bien meilleure. Mentionnons en outre le risque suivant : les jeunes femelles femelles ont parfois des difficulté à mettre bas ou à pondre, ce qui peut conduire à la mort ou nécessiter une intervention chirurgicale.

L'éleveur doit par conséquent faire preuve de patience et attendre une année de plus. Il en sera récompensé par des résultats significativement meilleurs et par la bonne santé de la femelle reproductrice.

Boa constrictor reproduction information | Boa constrictor accouplement | Boa constrictor reproduction information | Boa constrictor gravidité | comment déterminer le sexe d'un Boa constricor | sexer un boa | Boa constrictor sexage | Boa constrictor ovulation |  Boa constrictor maturité sexuelle | Boa constrictor cycle de reproduction | comment savoir si mon boa est gravide | Boa constrictor naissance | Boa constrictor parturition | boa constrictor période de gestation | Boa constrictor hivernation | Boa constrictor cyclage

 

Proportion des sexes dans un groupe reproducteur

Prenez un mâle et deux, ou mieux : trois, femelles. Le mâle fera son devoir, s'accouplera avec toutes les femelles, et quelques six mois plus tard l'éleveur obtiendra un bon paquet de naissances. Dans la mesure où ce seront des localités de souche pure, il n'aura pas de mal à les vendre et gagnera beaucoup d'argent. Mais laissons là la théorie car la réalité est malheureusement bien différente, non pas relativement à la pureté de la localité, mais relativement à la fable de « l'étalon qui engrosse trois femelles » (pour parler vulgairement). Nous n'avons jamais observé ni entendu parlé d'un cas où un seul mâle se serait accouplé avec deux femelles ET aurait donné des portées de taille satisfaisante.

Il arrive qu'un mâle féconde deux femelles, mais le résultat est toujours de l'ordre de ce qu'a pu observer un de nos amis qui possédait deux femelles de Boa c. imperator de l'aire de distribution de Colombie. Les deux étaient sexuellement mâtures, étaient très puissantes et mesuraient presque 2 mètres. Pendant la période de reproduction, elles furent mises ensemble avec un mâle et furent toutes deux fécondées. L'une d'entre elles eut 11 petits et 12 oeufs non fécondés ; l'autre 4 petits et 8 oeufs non fécondés. Nous sommes sûrs que le résultat aurait été significativement meilleur si notre ami n'avait placé qu'une des femelles (la plus grosse) avec le mâle. Des résultats semblables ont été rapportés par d'autres éleveurs et nous en avons nous-mêmes fait l'amère expérience à plusieurs reprises. En 1999/2000, nous avons placé notre Boa c. longicauda mâle avec deux femelles : il s'accoupla intensivement avec elles.

Bien que ces efforts fussent récompensés avec la plus grosse femelle (17 petits), l'autre femelle n'eut que des oeufs non fécondés, et mourut (en raison de l'anesthésie) durant l'intervention chirurgicale nécessitée par le fait qu'elle avait fait une rétention d'oeufs. Il faut en effet noter qu'il est bien plus difficile pour une femelle d'expulser des oeufs non fécondés que de donner naissance à des jeunes vivants, tout simplement parce que les jeunes « glissent » mieux et sortent ainsi beaucoup plus facilement. Il apparaît que des accouplements intensifs durant toute la durée de la période de reproduction sont nécessaires pour que tous les oeufs soient fécondés.

Ainsi, si vous avez le choix de mettre ensemble deux mâles avec une femelle ou deux femelles avec un mâle, nous vous conseillons la première option, en particulier pour les sous-espèces difficiles à reproduire, comme Boa c. constrictor. Les mâles de cette sous-espèce sont peu enclins à se reproduire et la présence d'un second mâle peut contribuer à résoudre ce problème car la rivalité entre les mâles les incite souvent à s'accoupler. Selon notre expérience, le succès d'une reproduction dépend principalement de l'envie du mâle.

Malheureusement, les mâles de certaines espèces de boas sont peu enclins à s'accoupler. On peut posséder la plus belle et la plus massive des femelles : elle ne sera bonne à rien si le mâle ne copule pas avec elle. D'où notre conseil aux éleveurs débutants : chaque groupe reproducteur devrait comprendre au moins deux ou trois mâles.