Taille appropriée des proies pour le boa

 

 

Taille appropriée des proies pour le boa

Tenons-nous en à nos nouveaux-nés récemment acquis qui ont, disons, quatre mois.

Certaines sous-espèces pures du genre Boa constrictor, en particulier Boa c. constrictor et Boa c. amarali, sont connues pour régurgiter la proie à moitié digérée lorsqu'elles sont nourries trop fréquemment ou avec des rongeurs de taille excessive, dans leur première année.

On ne peut éviter cela qu'en procédant de la manière suivante :

Les boas de moins de six mois ne doivent être nourris que de blanchons de souris ou de rats rosés.

Les boas constricteurs nouveaux-nés ne doivent être nourris qu'une fois toutes les deux semaines, et tous les dix jours à partir de l'âge de six mois.

En général, les jeunes serpents devraient avoir complètement digéré et avoir déféqué leur dernier repas avant d'être à nouveau nourris. Si cela ne s'est pas produit au bout de deux semaines, il est recommandé d'attendre un peu plus longtemps.

Il faut garder à l'esprit que la régurgitation occasionne des pertes de substance. La régurgitation chronique a tué de nombreux Boa constrictors.

La régurgitation d'une proie à moitié digérée conduit à une perte significative de fluide, ce qui affaiblit l'animal.

Il est par conséquent recommandé de procéder à des injections subcutanées (sous la peau) de solution électrolytiquesur le serpent concerné. Une injection de de solution salée à hauteur d'une dose de 0.5 à 1.0ml pour 100 grammes du corps du serpent peut lui être très profitable. Si besoin est, cette opération peut être répétée au bout de 24 heures.

Si le boa digère normalement, on peut commencer progressivement à lui proposer des proies plus grosses. Dans le doute, il vaut toujours mieux nourrir plus fréquemment mais avec de plus petites proies.

Même les redtails adultes de 2m50 ou plus ne devraient être nourris qu'avec des rats ou des petits lapins. Si l'on opte pour une nourriture composée de volaille, il faut savoir que les fèces qui en résultent tendent à être assez molles et odorantes.

information boa alimentation | information boa nourriture | Boa constrictor alimentation conseils | Boa constrictor proie | Boa constrictor rats congelés | boa constrictor souris congelées | serpent vitamines | boa constrictor alimentation correcte | boa constrictor fréquence des repas | boa taille des proies | Boa constrictor gavage | boa rats| boa souris | souris sauteuses | souriceaux | nourrir un bébé boa | boa proie fraîchement tuée | boa nourriture pré-tuée | serpent proies vivantes ou mortes | comment décongeler une proie

 

 

Mangeurs spécialistes

Il peut toujours arriver que l'on tombe sur un serpent qui n'accepte qu'un type particulier de proie.

Cela peut arriver avec toutes les sous-espèces de boas, bien que ce soit beaucoup moins fréquent qu'avec Python regius par exemple, dont certains représentants se laissent mourir de faim si on ne leur propose pas des gerbilles.

Que faire si le boa aime les poussins ou les souris, mais refuse tout rat, aussi bien préparé soit-il ?

Simplement continuer à le nourrir de poussins et de souris ? Ce n'est pas comme cela que notre redtail deviendra un géant de trois mètres...

Notre solution à ce problème est le « poussin-express » ! Un poussin et un rat préalablement tués sont attachés ensemble avec du fil dentaire ou quelque chose de similaire. Le cou du rongeur est attaché à une patte du poussin de telle façon que, malgré ses efforts, le boa ne pourra pas défaire la douzaine de noeuds que l'on aura (espérons-le) faits.

On observe alors le boa avaler goulûment le poussin, et ne pouvoir empêcher le rat de suivre.

On peut aussi utiliser cette astuce lorsque, comme cela arrive, le boa n'accepte qu'une seule proie alors qu'il serait nécessaire qu'il en mange plusieurs. Dans ce cas, on peut simplement attacher deux rats ensemble.

Il ne faut cependant pas abuser de ce genre de pratique dans le but de sur-nourrir un serpent !

Une autre possibilité, avec laquelle nous obtenons des succès pour les serpents amateurs de souris, consiste à frotter et à rouler un rat préalablement tué dans une cage de souris, à l'endroit où celles-ci font leurs besoins. Une fois que le rat sent la pisse de souris (pardonnez l'expression), le serpent sera persuadé que cette proie est une souris particulièrement bien portante.

Après un certain temps, cette pratique finit par convaincre le serpent d'accepter des rats, même sans que l'on doive avoir recours à cette astuce. Il en est de même avec le « poussin-express » !