Reproduire des croisements

Aujourd’hui, la plupart des gens qui s’intéressent sérieusement aux “boïdés” ont été confrontés au problème de l’hybridation et ont pris conscience de la différence entre un croisement et une forme transitionnelle. Cela a conduit des passionnés – en particulier des passionnés de Boa constrictor – à mettre fortement l’accent sur l’acquisition d’animaux de souche pure.

Il en résulte qu’il devient de plus en plus difficile de vendre des boas croisés, car la demande pour de tels animaux décroît.

Par exemple, si vous faites l’acquisition d’un couple de Boa constrictor croisés dans le but de les reproduire, vous devez envisager de ne pas être en mesure de vendre leur progéniture. De nombreux éleveurs dans cette situation se tournent alors vers les animaleries. Pour cette raison, vous ne pouvez être certain que, même là, vos animaux seront pris. De toutes façons, les boas croisés sont les moins chers de tous les boas et pythons vendus.

Peut-être vous demandez-vous pourquoi nous parlons ici d’argent. C’est très simple : en tant que consultants pour les conseils municipaux en Bavière, nous effectuons régulièrement des inventaires et des évaluations en matière d’équipements et d’installations. Notre expérience nous a montré que ce sont TOUJOURS les “serpents bon marché” (nous nous excusons pour cette terminologie ; elle ne concerne pas la qualité mais la valeur monétaire de l’animal) qui sont maintenus dans les plus mauvaises conditions. La majorité de ces boas sont acquis dans des animaleries pour relativement peu d’argent. En raison du coût peu élevé de l’achat, l’acheteur est peu soucieux des besoins de l’animal, suivant la devise : “ S’il meurt, je n’aurai pas perdu beaucoup d’argent ”.

En aucun cas nous n’affirmons que les possesseurs de boas et de pythons peu coûteux maintiennent leurs animaux dans de mauvaises conditions. Simplement, le fait est que les animaux maintenus pitoyablement dans des conditions inadéquates, dont les propriétaires n’avaient même jamais pris la peine d’acheter un livre pour se familiariser avec les exigences en matière d’élevage, étaient tous des “serpents bon marché”  (par exemple des boas croisés, des pythons royaux, des pythons birmans).

Par conséquent, si vous donnez une portée d’animaux croisés à une animalerie, vous pouvez être certain que certaines de ces pauvres créatures ne survivront pas au-delà d’un an en raison des soins insuffisants qui leur seront donnés par leurs futurs propriétaires. Le voudriez-vous ? Encore une fois, la phrase suivante s’applique : “La responsabilité d’un éleveur est souvent sous-estimée ”.

Vous ne devez JAMAIS reproduire un vrai Boa constrictor avec un Boa constrictor croisé !

Peut-être direz-vous que vous ne souhaitez pas reproduire vos animaux, mais simplement élever un seul specimen. Soyez sûr de ceci : très peu d’éleveurs, qui ensuite réalisent des reproductions, en avaient l’intention au départ. Nous vous recommandons donc de prendre cela en considération, même quand vous n’acquérez qu’un seul animal.

Pourtant, nous-mêmes possédons quelques croisements....

. . . cette correspondance électronique montre comment les choses se passent. Nous remercions Daniel Nägele (www.dn-reptiles.de) d’avoir mis ces lignes à notre disposition :

 

----- Original Message -----

From: Nägele

To: webmaster@boa-constrictors.com

Sent: Thursday, January 29, 2009 11:50 AM

Subject: Fw: surinam male

 

Salut à la famille Stöckl

ci-joint un exemple plaisant...

JE LUI AI ECRIT A CAUSE DE SON VRAI MALE SURINAME ET VOICI COMMENT CA S’EST TERMINE :-)

Peut-être que vous pourrez utiliser ces emails pour votre site internet...

Bonne journée, cordialement, Daniel

www.dn-reptiles.de

 

----- Original Message -----

From: xxxxxxxx

To: d.naegele@gmx.net

Sent: Wednesday, January 28, 2009 7:12 PM

Subject: RE: suriname male

 

Salut Daniel,

Merci pour l’intérêt que tu manifestes. Le boa vient d’Allemagne et est né en captivité en 2006.

Ci-joint quelques photos

Cordialement, xxxxxx

From: d.naegele@gmx.net

To: xxxxxxxxx

Subject: Re: surinam male

Date: Wed, 28 Jan 2009 23:26:43 +0100

 

Salut

Merci pour les photos...

Qui est l’éleveur ? En matière de vrais boas, c’est plutôt important...

Le petit semble un peu décharné, combien mesure-t-il et quel est son poids ? Quel est le prix ?

Merci, bien à toi, Daniel

Reconnaître un croisement | reconnaître un boa constrictor croisé| Boa constrictor bâtards | boa constrictor mutations | distinguer Boa constrictor croisé | distinguer un croisement | comment distinguer un boa croisé et un vrai boa constrictor |  Boa constrictor croisement

 ----- Original Message -----

From: xxxxx

To: d.naegele@gmx.net

Sent: Thursday, January 29, 2009 8:39 AM

Subject: RE: surinam male

 

Salut Daniel,

Malheureusement je ne connais pas l’éleveur. J’ai acheté l’animal à un homme âgé qui ne le connaissait pas non plus.

Mais au vu des taches on peut reconnaître que c’est un vrai boa.

Il fait à peu près 130 cm de long, il semble petit seulement sur les photos. Malheureusement je ne connais pas le poids.

Je ne le pulvérise plus depuis une semaine, et il a perdu un peu de graisse ;-).

Comme il est bon mangeur, ça ne devrait pas être un problème.

Le prix est de 400 euros.

Cordialement,

Xxxxxxxxxx

 

From: d.naegele@gmx.net

To: xxxxxx

Subject: Re: surinam ´male

Date: Thu, 29 Jan 2009 11:02:14 +0100

Salut,

Malheureusement, c’est trop délicat et risqué pour moi.

On ne peut JAMAIS déterminer cela à partir de l’aspect du boa !

Tu peux lire un compte-rendu intéressant sur http://www.boa-constrictors.com à la page consacrée aux CROISEMENTS...

Je te conseille de renoncer à proposer cet animal comme un vrai Boa c.c. Suriname, parce que si quelqu’un comptait les écailles ou les ocelles, il pourrait prouver que ce n’est pas un vrai boa c. c. et tu pourrais avoir de graves ennuis…

Sans preuve, c’est une négligence coupable et choquante de vendre un tel animal.

Regarde sur mon site www.dn-reptiles.de et informe-toi parce que de nombreuses personnes agissent ainsi : des croisements qui ressemblent à de vrais boas sont mis sur le marché.

Bonne journée, cordialement, Daniel

-------------------------------------------------------------------------------

---- Original Message -----

From: xxxxxxxx

To: d.naegele@gmx.net

Sent: Thursday, January 29, 2009 11:25 AM

Subject: RE: surinam male

 

Salut,

Je suis désolé mais je suis ABSOLUMENT sûr que c’est un Boa c. c. Suriname. C’est pourquoi je vais continuer à le proposer comme tel.

Malheureusement, on ne peut pas tout reconnaître sur les photos...... 

Bien à toi

Résumons :

·         L’éleveur des boas est inconnu

·         La provenance du boa est inconnue (hormis qu’il vient d’Allemagne *secouement de tête*)

·         Les parents sont inconnus

mais le propriétaire est TRES affirmatif sur le fait qu’il s’agit d’un Boa c. constrictor du Suriname. Par conséquent il continuera à le proposer comme tel.

Nous sommes sûrs qu’il trouvera finalement quelqu’un qui l’achètera (malheureusement cela arrive tous les jours). Nous sommes à chaque fois surpris par la naïveté des gens qui achètent de tels “vrais” boas. Et nous levons donc notre chapeau à M. Nägele, qui ne s’est pas contenté d’un tel “bla-bla”.

Un autre cas :

Sandra Heeg n’a pas mis en doute la parole du propriétaire de l’animalerie dans laquelle le boa sur la photo ci-dessous était proposé comme un "Boa c. orophias". Elle a naïvement acheté l’animal.

Les vendeurs de reptiles de ce genre profitent de l’inexpérience et de la crédulité de leurs clients.

Mischlingsboa, vermutlich Kreuzung zwischen Hog Island Boa und einer Mischlingsboa mit Vorfahren aus Kolumbien; verkauft als "Boa c. orphias"Croisement. Probablement un croisement entre un Boa Hog Island et un boa croisé avec des ancêtres colombiens ; vendu comme "Boa c. orophias"
photo: Sandra Heeg

Boa c. orophiasA titre de comparaison : Boa c. orophias un "vrai" :o)
photo: Jeff Murray

L’idée qu’un vrai Boa c. orophias pourrait atterrir dans une animalerie pour y être vendu est complètement ridicule étant donné la rareté de ces animaux. En la matière, le vendeur de l’animalerie a effrontément profité de l’inexpérience de Mme Heer.

Malheureusement, nous ne parlons pas de cas isolés, mais (presque) de la norme…