Photos de Boa constrictor amarali

Boa constrictor amarali

Nom commun : boa d'Amaral ; boa à queue courte

Distribution area: sud-est de la Bolivie, sud et sud-ouest du Brésil

Longueur moyenne estimée d’une femelle adulte: Approximativement de 1m70 à 1m90 au Brésil ; de 1m90 à 2m20 en Bolivie

Taxonomic status: Sous-espèce reconnue par la CITES


Bolivie
Brésil
Désinformation aux USA
 
 
 
 
 
 
 

 

Boa constrictor amarali information| boa à queue courte information | boas Amaral information | boa Amaral | Boa Amarali information | short-tail boa | short tail boa | boa à queue courte

Ecailles dorsales

Ecailles ventrales

Ecailles caudales

Nombre d'ocelles

71 – 79 (LANGHAMMER, 1983)

226 – 237 (LANGHAMMER, 1983)

43 – 52 (LANGHAMMER, 1983)

20 + 

Le nom scientifique de ces animaux fut choisi en l'honneur du savant zoologiste brésilien Afrânio Do Amaral, spécialiste du milieu tropical. Comme son nom commun le suggère, Boa c. amarali est principalement caractérisé par une queue extrêmement courte qui le distingue de toutes les autres sous-espèces de Boa constrictor.

Comme Boa c. constrictor, les boas à queue courte arborent souvent des ocelles en forme d'aile de chauve-souris (‘widows’ peaks’). Chez de nombreux spécimens, cette parure est encore plus précisément développée que chez les redtails.

Dans le passé, certains auteurs défendaient l'opinion selon laquelle Boa c. amarali et Boa c. constrictor étaient synonymes, mais cela appartient aujourd'hui au passé. De nos jours, aucun auteur sérieux ne conteste plus le statut subspécifique de c. amarali. Il est cependant indéniable que les boas d'Amaral, et en particulier ceux de Bolivie et du Pantanal, ressemblent beaucoup à Boa c. constrictor.  Nous développons ce point sur la page « Bolivie » (suivre le lien ci-dessus).

Deux variétés de Boa c. amarali sont connues : Boa c. amarali du sud du Brésil entièrement gris (clair ou foncé) ou brun et Boa c. amarali de Bolivie dont la coloration est semblable à celle des vrais redtails. Lest deux variétés possèdent une queue extrêmement courte (d'où le nom) et de nombreuses taches noires sur le dos et sur les flancs. Les "widows peaks" sont extrêmement longues et parfaitement dessinées.

En Allemagne, seuls les amaralis sud-brésiliens sont vraiment bien connus, et ils y sont cependant rares. Des spécimens boliviens n'ont été reproduits que deux fois en Allemagne jusqu'ici (par nous :o) ). En Europe, on n'en trouve qu'un petit nombre en captivité.